L'éducation en primaire à Madagascar

Publié le 21 Septembre 2012

Selon une étude menée par l'Unicef, un million d'enfants malgaches âgés de 6 à 10 ans sont exclus de l'école à Madagascar. Un chiffre inquiétant d'autant plus qu'ils représentent 25% des enfants à Madagascar. Les causes de l'exclusion scolaire sont nombreuses: difficultés financières des parents, handicap de l'enfant, faible qualité de l'offre éducative, inaccessibilité des écoles... 

Sahambavy--3-.JPG

 

 

Chaque année, à Madagascar, des centaines de milliers d’enfants abandonnent l’école primaire et plus d’un quart d’entre eux sont finalement privés de toute opportunité éducative. Avec plus d’un million d’enfants non-scolarisés, l’exclusion scolaire au cycle primaire est sans conteste l’un des problèmes les plus importants du système éducatif malgache. Alors que l’éducation est essentielle pour la construction de la future vie de parent, de travailleur et de citoyen, une grande partie des enfants de Madagascar sont privés d’un enseignement primaire de qualité mené à son terme. 

 

À Madagascar pour l’année 2010, le taux net de scolarisation est estimé à environ 73,4% (EPM, 2010) et c’est ainsi plus d’un quart des enfants du pays qui sont privés d’enseignement primaire. Si la plupart des enfants commencent le primaire, l’achèvement de l’enseignement primaire apparait comme le grand défi du système éducatif malgache puisque sur 100 enfants entrant au primaire, à peine 45 peuvent accéder en dernière année du primaire (CM2) et seulement 33 en première année de secondaire (6ème). Cette moyenne de 55,4% d’abandon avant la dernière année du primaire cache de plus de très fortes disparités entre les régions ainsi qu’entre les communes au sein d’une même région. À moins d’efforts considérables, l’objectif de scolarisation primaire universelle (SPU) inscrit dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD 2) pour 2015 restera hors d’atteinte pour Madagascar.

 

Quelles sont les principales causes de l’exclusion scolaire ?

Au niveau des ménages, les difficultés économiques associées aux problèmes familiaux, aux problèmes de santé de l’enfant et à une faible valorisation des études expliquent une partie importante du phénomène de l’exclusion scolaire et engendre des phénomènes aggravant comme le travail de l’enfant, des situations de honte et de démotivation et amène finalement un traitement différencié entre enfants face à la scolarisation selon le rang de naissance, le genre, le handicap ou encore le niveau de performance éducative. 


Du coté des écoles, le coût des études, la faible qualité de l’offre éducative et des conditions d’étude ainsi que la distance et l’accessibilité des écoles expliquent une autre part importante du phénomène d’exclusion scolaire. Des traitements discriminatoires voire de la violence de la part des directeurs, des enseignants et des autres élèves sont également mis en avant comme facteur aggravant. 


Au niveau des communautés, les préjugés sur les rôles sociaux, les blocages administratifs, le faible engagement à lutter contre le phénomène de l’exclusion scolaire, l’insécurité et la vulnérabilité climatique entretiennent des situations de forte exclusion scolaire. Le manque de soutiens extérieurs de l’État influence le coût, la qualité et l’accessibilité des écoles ainsi que le découragement des communautés face à l’exclusion scolaire.

Antsirabe--4-.JPG

N'oubliez pas de soutenir le "Projet bibliothèques" (cf article précédent) par lequel je tiens à participer modestement au développement d'une éducation de qualité dans les écoles primaires des Soeurs Carmélites de Saint-Joseph d'Ambohimanala, Antsirabe, Fandriana et Sahambavy.
Comment aider ? 
Pour mener à bien ce projet, nous devons acheter des livres pour enfant. Un livre coûte entre 7000 et 10000 ariarys, soit entre 3 et 4 €. Si vous versez 20 € nous pouvons acheter environ 5 livres.

Je vous propose donc soit :
  • d’envoyer un chèque à mon nom en précisant «Projet bibliothèque Madagascar» à l’adresse suivante :
Mme Viviane Riotte, 8 grande rue, 89420 Santigny.
  • de faire un virement sur mon compte à la Banque Postale/Dijon : N°compte : 0406587F025 "
Je compte sur vous pour amorcer en couleurs cette rentrée 2012-2013 !
Xénia

Rédigé par Xénia

Publié dans #MADAGASCAR

Repost 0
Commenter cet article

Viviane RIOTTE 21/09/2012 13:54


Bien que je lise tous tes articles, je ne prends jamais le temps de réagir. Mais celui-là me fait bondir ; je ne pensais pas que la situation pouvait être si désastreuse au niveau de l'éducation
! Autant dire que l'avenir de tous ces enfants, qui représentent 1/4 de la population malgache, est très compromis, puisqu'ils ne reçoivent pas le savoir minimum . Il faut donc un très grand
courage à ce peuple, et aussi beaucoup d'aide .... Puissions-nous être sensibles, nous européens, qui avons plus de moyens mais beaucoup moins de courage, à ce drame humanitaire !


Bon courage à toi, car des missionnaires comme toi, il en faudra sans cesse pour renverser la tendance. Puisse la goutte d'eau que tu vas leur apporter, leur donner soif d'apprendre et de
comprendre ....


 Grosses bises


Ta soeur