L'Église est en retard de 200 ans....

Publié le 6 Septembre 2012

Suite au décès du fameux Cardinal Martini, Jésuite, je ne peux m'empêcher de relayer cet article paru dans La Croix du 2 septembre, qui reprend ses convictions à propos de l'Église, à dépoussiérer, à renouveler... Convertissons-nous ! Devenons libres !

 

« L’Église est en retard de 200 ans. Aurions-nous peur ? »

Dans une ultime interview, publiée samedi 1er septembre à titre posthume par le Corriere della Serra, le cardinal Martini encourage l’Église à « entreprendre un chemin radical de changement  ». En voici de larges extraits en français.

 

« L’Église est fatiguée. Notre culture a vieilli, nos églises sont vastes, nos maisons religieuses sont vides, et l’appareil bureaucratique de l’Église se développe. Nos rites et nos habits sont pompeux (…) Nous nous trouvons dans la situation du jeune homme riche qui s’éloigne, empli de tristesse, alors que Jésus l’appelle à devenir son disciple. Je sais bien qu’il est difficile de tout laisser… Mais au moins pourrions-nous chercher des hommes libres et attentifs au prochain, comme l’ont été Mgr Romero et les martyrs jésuites du Salvador. Où sont les héros qui pourraient nous inspirer ? En aucun cas, nous ne devrions nous en tenir aux limites de l’institution. (…) Dans l’Église aujourd’hui, je vois tant de cendres qui cachent les braises que je me sens souvent pris d’un sentiment d’impuissance. Comment peut-on libérer ces braises pour revigorer la flamme de l’amour ? (…) Je conseille au pape et aux évêques de chercher, pour les postes de direction, douze personnes « hors normes », proches des pauvres, entourées de jeunes, qui expérimentent des choses nouvelles. Nous avons besoin de ce contact avec des hommes qui brûlent, pour que l’Esprit puisse se diffuser partout.

 

Mon premier conseil est la conversion. L’Église doit reconnaître ses propres erreurs et entreprendre un chemin radical de changement, à commencer par le pape et les évêques. À commencer par les questions posées sur la sexualité et le corps. (…) Nous devons nous demander si les gens écoutent encore les conseils de l’Église en matière sexuelle. L’Église est-elle encore, dans ce domaine, une autorité de référence ou seulement une caricature pour les médias ?

 

Mon deuxième conseil est l’écoute de la Parole de Dieu. (…) Seul celui qui reçoit cette Parole dans son cœur peut aider au renouvellement de l’Église et saura répondre avec justesse aux demandes personnelles. (…) Ni le clergé ni le droit canonique ne peuvent se substituer à l’intériorité de l’homme. Tous les règlements, les lois, les dogmes ne nous sont donnés que pour clarifier la voix intérieure et aider au discernement de l’Esprit.

 

Enfin, les sacrements sont pour moi, non pas des instruments de discipline, mais un appui à la guérison des hommes pris dans les faiblesses de la vie. Portons-nous les sacrements à ceux qui ont besoin d’une force nouvelle ? Je pense à tous les divorcés et aux familles recomposées. Ils ont besoins d’une protection spéciale. L’Église soutient l’indissolubilité du mariage. C’est une grâce lorsqu’un mariage et une famille y parviennent. (…) L’attention que nous porterons aux familles recomposées sera déterminante pour la proximité de l’Église avec la génération de leurs enfants. Une femme abandonnée par son mari trouve un nouveau compagnon qui s’occupe d’elle et de ses enfants. Ce second amour réussit. Si cette famille est discriminée, la mère et ses enfants s’éloigneront. Si ces parents se sentent extérieurs à l’Église, ne se sentent pas soutenus par elle, l’Église perdra les générations futures. (...) La demande d’accès des divorcés à la communion doit être prise en compte. Comment l’Église peut-elle venir en aide avec la force des sacrements à ceux qui vivent des situations familiales complexes ? (…)

Rédigé par Xénia

Publié dans #Spiritualité

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

azalaïs 09/09/2012 09:35


Merci pour la découverte de ce texte qui me réconforte dans une période de relations difficiles avec l'appareil organisationnel de ma Paroisse.


Je retrouve dans ce texte tout ce que je pense et dit concernant ma conception d''une vie de chrétienne. L'amour et la parole de Dieu doivent nous guider. Le reste n'est souvent que le résultat
de la vanité de quelques uns accrochés à leurs petits pouvoirs.... En attendant nos Eglises se vident et nos enfants finissent par tout rejeter en bloc. Moi qui ai été catéchiste plusieurs
années, qui me suis épuisée à amener un peu d'ouverture d'esprit au sein de la communauté je n'ai finalement jamais été entendue et aujourd'hui ma fille qui a été élevée dans la foi, qui poursuit
un chemin d'écoute de la parole à mes côtés, ne pourra pas faire sa communion. Elle réfléchit trop et n'est pas assez docile donc considérée comme pas assez croyante!!!!!", ça me fend le coeur
mais je dois avouer que cette Eglise ne correspond plus à ce que j'ai éprouvé et fait mien à la lecture de la Parole. Encore une famille perdue pour cette Eglise-là.


Ne nous étonnons pas que les Eglises alternatives fassent salle comble!


Je suis en colère, le feu brûle encore et toujours sous la braise mais il est obligé d'aller se consumer ailleur.


Bonne journée à tous.

lorenzatti guy 06/09/2012 22:14


Notre Eglise, corps du Christ est bien malmenée et cela peut s 'écrire en deux mots. Il faudrait sans doute que recircule un Esprit d'amour du genre de celui que nous à laissé notre Seigneur et
qui a inspiré Vatican II. Se remettre sereinement autour de la table et laisser les portes grandes ouvertes. L'amour accueille et tu le sais, tu le vis ici et la bas. bises et continue ta
positive attitude qui nous permet de s'interroger. Bises (re)

Pierre Chamard-Bois 06/09/2012 21:38


Merci Christelle de relayer la voix de cet homme courageux, merveilleux prédicateur, aimant profondément cette Eglise malgré ses rides (200 ans de retard... c'est bien vrai). Puisse d'autres voix
s'élever aujourd'hui pour relayer cette parole prophétique. Mais j'ai bien peur que la langue de bois et les soupirs nostalgiques pour un époque depuis longtemps révolue n'étouffe encore pour un
bon moment, dans les instances hiérarchiques, toute velleité d'indignation.


C'est aux chrétiens de base de prendre le relais.


Christelle, merci de rester vigilante, à des milliers de km de Rome.

Anissa 06/09/2012 19:09


salut malgagirl


merci pour ce bel article ; quelle vigueur !


Bises


Anissa


 

Elisabeth 06/09/2012 10:39


J'avais espéré que Mgr Martini devienne notre pape ! Quel souffle ! Quelles paroles fortes ! De là-haut, je souhaite qu'il continue son action pour renouveler cette Eglise ! Merci Christelle ne
nous partager ce texte.