Que d'émotions !

Publié le 26 Février 2013

Février à Madagascar : que d'eau ! que d'émotions ! 


 

Après les sessions de français et pédagogie données à Ambohimanala (avec les novices de la communauté), puis à Antsirabe avec les enseignantes (cf. articles précédents), je viens de terminer celle de Fandriana (photo ci-dessous) 


profs Fandriana-copie-1

 

Comme les précédentes, j'ai pu apprécier le sérieux des enseignants, leur motivation profonde à améliorer leur connaissance du français, leur curiosité devant mes propositions pédagogiques, simples mais efficaces : photolangage ; jeux de l'intrus ; atelier écriture à partir d'un poème de Prévert...

 

 

Nous avons donc vécu ensemble une très belle semaine, intense, riche en partage et découvertes réciproques. La semaine fut clôturée par un repas pris en commun au cours duquel les échanges se sont fait tout naturellement. Il n'est pas toujours évident pour elles (ce sont des femmes) de vaincre leur timidité culturelle ! J'admire donc chaque "acte de parole", la prise de parole étant pour certaines un véritable plongeon dans l'inconnu. Cela leur demande en effet un certain courage, une petite dose d'audace d'ouvrir la bouche devant moi. 


 

premices.jpg

De retour à Sahambavy, "dans ma cambrousse", j'ai invité les coopérants de Fianarantsoa (cette ville est à 23k) à venir me rejoindr epour un week-end "repos". Les gérants du très beau "Lac Hotel" ont mis des chambres à notre disposition avec un prix spécial, ce qui a permis à chacun de savourer tranquillement  ces quelques heures de convivialité et de repos. Au rpogramme : visite de l'unique usine de thé de Madagascar, la Sidexam, qui se trouve à côté, puis dîner. Dimanche, animation avec l'équipe liturgique malgache de la messe des prémices (cf. ci-contre). les paysans ont apporté en procession devant l'autel leurs premières récoltes de riz ou de maïs. La messe avait lieu en plein air (heureusement, la pluie avait cessé la veille !). 

 

Puis ce fut une semaine encore très mouvementée à la communauté de Sahambavy : mauvaises nouvelles dans les familles des soeurs, des décès, des urgences, des pleurs. La communauté est très éprouvée. 

 

Ce premier week-end de mars fut celui du rassemblement à Fianarantsoa de tous les volontaires DCC de l'île avec nos "chargés de mission" venus spécialement de France. Joie de revoir celles et ceux qu'on connaissait déjà et de rencontrer les "nordites" ou "sudistes" que nous n'avions jamais vus. Belle diversité de missions et de visions aussi, avec quand même le constat global que "la vie n'est pas toujours facile ici", surtout au niveau relationnel. On ne possède pas tous les codes de communication et l'on finit par se méfier (un peu trop peut-être ?) Bref, ce petit bol d'air bienvenu nous requinque pour les mois qui viennent !

volontaires-DCC.JPG 

Nous continuons malgré tout nos missions respectives avec un peu plus de force et l'assurance de notre amitié réciproque : un cadeau très précieux !

 

La suite au prochain numéro... Il faudrait parler du cyclone qui a ravagé Tuléar et sa région la semaine dernière : une vingtaine de morts, des milliers de sinistrés et si peu de moyens pour réparer les dégâts ! Mais je ne veux pas terminer sur cette note négative. "c'est la vie" comme disent les Malgaches, résignés mais malgré tout avides de vie et de futur au milieu de leurs turpitudes innombrables. Ne pas baisser les bras, être là, avec eux et se laisser faire par ce quotidien qui nous déboussole tant, qui nous remet sans cesse en question, voilà notre ligne de conduite.

Rédigé par Xénia

Publié dans #MADAGASCAR

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article