Sessions et ateliers bibliothèque

Publié le 29 Mars 2013

Ces dernières semaines ont été marquées par plusieurs sessions données aux sœurs et aux enseignantes à Ambohimanala :

  • Une journée avec les sœurs enseignantes de la communauté. Journée pilotée par Sr Frédérique. Nous avons écrit un projet éducatif pour l’ensemble des trois écoles des sœurs. Une belle journée de rencontre et de réflexion, avec travaux en groupes. L’objectif est d’unifier les pratiques éducatives, basées sur un même projet qui doit favoriser l’accès à l’autonomie et à la responsabilité des élèves, dès le primaire.
  • Trois jours intensifs pour les enseignantes des écoles des sœurs : session français et pédagogie, avec 30 participantes. Le volet pédagogique était centré sur les ateliers bibliothèque. Pour en parler et l’expérimenter, j’ai invité une volontaire malgache d’ATD Quart-Monde, Mbola, qui anime ce genre d’atelier avec les enfants des rues de Tana.  Mbola a fait l’unanimité : l’accès aux livres, d’après son expérience, est d’autant plus facile lorsque les enfants s’y familiarisent tout petits. D’où la nécessité de créer des espaces et des temps dédiés à la découverte de la lecture dans toutes les classes. Les enseignantes ont été conquises : il ne reste qu’à mettre en pratique les acquis reçus lors de cette session.

 session-ambohimanala.JPG

Les participantes à la session français et pédagogie

 

Mbola.JPG

Avec Mbola, mise en situation d'un atelier bibliothèque

 

Cela me donne l’occasion de remercier encore une fois très vivement celles et ceux d’entre vous qui ont participé à la création de ce projet par leur aide financière – et certains y participent encore de façon régulière ! Merci ! Grâce à vous, j’ai pu acheter des livres au marché aux livres de Tana : ces livres se trouvent désormais dans les écoles d’Ambohimanala, de Fandriana et d’Antsirabe. Les mois qui viennent seront consacrés à la mise en place des ateliers lectures à Antsirabe et Fandriana. Les rayons peuvent encore accueillir des contes, de jolies histoires qui émerveilleront les enfants et les éveilleront à des cultures différentes, susciteront des rêves, des projets, des envies d’en savoir plus ! Le livre est un produit rare et précieux à Madagascar, c’est un outil que même les professeurs ne possèdent pas. Posséder une bibliothèque, même modeste, dans une école primaire, c’est un luxe ! Ne relâchons pas nos efforts en ce sens : il suffit de quelques mots nouveaux, d’images inattendues pour faire germer des vocations dans le cœur de ces enfants, de ces futurs adultes qui auront la charge d’un pays qui est entièrement à reconstruire. L’enjeu dépasse le bien-être intellectuel : il s’agit bien de miser sur l’intelligence novatrice de chacun, de donner le goût de la nouveauté, de créer des espaces où leur audace et leur imagination pourront s’exprimer. Ceci aussi bien pour les enfants que pour les professeurs. La petite goutte d’eau que représente mon action de volontaire, accompagnée par la bienveillance des sœurs et leur ouverture d’esprit, deviendra, je l’espère, un petit étang où des enfants pourront se ressourcer, puiser des forces pour leur avenir qui, dans l’ensemble, paraît bien incertain. C’est en tout cas ce qui me donne la force de poursuivre ce travail de fourmi, dans un quotidien souvent dépourvu d’horizon (pour les Malgaches…)

 

Entre les deux sessions, nous avons fait une petite escapade touristique avec les sœurs non loin de Tananarive, sur une petite île baptisée « Gasikara » ou la Madagascar est reproduite en miniature avec des statues et des habitats traditionnels de ses différentes régions. Visite du musée ethnologique, découverte de l’île miniature et de ses habitants de ciment, salutation aux tortues et lémuriens du petit parc zoologique puis pique-nique copieux et joyeux : tout était parfait ! 


Gasikara3.JPG

 

Gasikara2.jpg

Habitante betsileo et maison zafmaniry 

 

Gasikara4.jpg

Soeur Zo (prononcez Zou) joue d'un instrument traditionnel


Gasikara1.JPG

Préparation du pique-nique : on a apporté les foyers et le charbon afin de cuire les poulets ! Barbecue façon malgache. Les soeurs portent leur lambas traditionnels. 

 

La suite…

 Avril sera un mois de découverte pour ce qui me concerne : une semaine pour découvrir avec un jeune couple de volontaires DCC Manakara et Farafangana, sur la côte est et tremper mes orteils dans l’Océan indien. Puis, à l’occasion de la visite d’amis icaunais, ce sera Tuléar et sans doute Fort Dauphin. Je vais quitter ma cambrousse et ses Hauts Plateaux pour goûter le climat et la langue des côtes. Je ne suis pas très douée en tourisme, mais l’amitié parvient à me déloger et à élargir, moi aussi, mes horizons !

 

Rédigé par Xénia

Publié dans #MADAGASCAR

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article