Tout ça parc' qu'au bois de Chaville...

Publié le 22 Octobre 2014

Mes amis me demandent : mais où es-tu donc ? Que fais-tu ? Pourquoi tu n'écris plus ?

Dans le désordre, et pour honorer l'amitié qui nous lie, voici quelques tentatives de réponses à ces questions.

D'abord, je vous informe que j'habite à Chaville, en lisière du fameux bois où, visiblement, il se passe parfois des choses tout à fait ordinaires qui font des hommes tout à fait ordinaires eux aussi avec des vies non moins ordinaires (cf. la chanson ci-dessous pour celles et ceux qui, comme moi, ne sont pas encore au parfum…)

Donc, c'est sans doute pour cela, à cause de l'ordinaire des jours et des situations, dirions-nous, que je me sens bien ici.

Plus sérieusement, je suis hébergée par les Carmélites de St-Joseph, ces mêmes soeurs qui m'ont accueillie et embauchée à Madagascar ces deux dernières années. Donc je suis "chez moi", vraiment chez moi, au calme et indépendante, dans ma petite chambre-studio avec vue sur les bois. La proximité avec Paris me permet de suivre des formations sans pâtir du coût du transport.

Des formations ? Et oui, c'est au pluriel !

J'ai entamé en septembre une "Initiation à la pratique de la relation d'aide centrée sur la personne". Oh là là ! Ça fait sérieux, non ? Alors, c'est quoi cette formation ? En deux mots, c'est une formation à l'accompagnement psychothérapeutique basé sur la méthode de Carl Rogers. Dans cet accompagnement, il s'agit avant tout d'être attentif à la relation qui est construite avec le client. Le praticien se mouille autant que le client dans l'aventure psychothérapeutique, il ne reste pas en-dehors, détenteur d'un savoir qui guérirait le patient. Le praticien aide le client à puiser en lui-même les réponses à ses questions en créant un climat de confiance avec lui.

Carl Rogers est une grande figure de la psychologie humaniste.

Je reviendrai sur cette approche, au fur et à mesure des découvertes (et elles sont déjà nombreuses) dans de futurs articles. La formation complète dure 5 ans ! Pour l'instant, c'est trois jours/mois.

Autre formation en cours : la communication non violente (CNV), par modules certains week-end. J'apprends à communiquer plus sereinement, à éviter le piège du jugement, à encourager la reformulation, à trouver des terrains d'entente avec mes interlocuteurs… et moi-même ! Car le processus s'applique d'abord envers soi-même. Si je ne suis pas en paix avec moi, pourrai-je l'être avec les autres ? C'est peu probable !

Enfin, j'envisage, pour compléter le tout et surtout pouvoir travailler rapidement, sans attendre cinq ans, une formation universitaire à la médiation socio-religieuse qui a le double avantage de se dérouler dans les Hauts de Seine, donc dans mon nouveau département et surtout de m'offrir à la fois une VAE (validation des acquis de l'expérience) et un niveau universitaire Master 1. Cette formation est professionnalisante : grâce aux stages obligatoires, on peu trouver des débouchés professionnels dans cette filière de la médiation qui se spécialise et est de plus en plus demandée dans les lieux publics comme les hôpitaux, maisons d'accueil, centres de placement mais aussi maisons de quartiers, groupements scolaires, etc.

Cette formation de 156h débutera en janvier jusqu'en septembre à raison de deux jours/mois et est portée par le FLEPES et l'Université de Strasbourg.

"Conversation", exposition Place St-Sulpice

"Conversation", exposition Place St-Sulpice

Voilà donc les dernières nouvelles ! Formation, art (n'hésitez pas à visiter le site du sculpteur Étienne), engagement bénévole bientôt j'espère… et quelques échappées icaunaises, pour continuer de voir les amis et suivre la route de notre association "La ferme malgache" qui, ma foi, se porte plutôt bien !

La suite au prochain numéro !

Rédigé par Xénia

Publié dans #Journal

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dedette 23/10/2014 11:59

C'est vraiment super, ce que tu envisages, Christelle, bonne mise en nouvelle route et au plaisir de se voir à Chichery...

Barbara 23/10/2014 09:45

Quel plaisir de te lire... Tu n'oublieras pas "relecture de manuscrits" dans ta formation. Ton point de vue sur ce que j'écris m'est précieux...